Tribunes politiques

La loi de février 2002 concernant la démocratie de proximité prévoit la publication des expressions politiques dans les supports de la collectivité. Les tribunes politiques de Mont-Saint-Aignan Le Mag sont reprises sur cette page. Les textes publiés dans ces pages n'engagent que leurs auteurs.

Mont-Saint-Aignan Le Mag #140

Aimer toujours et Encore Mont-Saint-Aignan

Les diseux et les faiseux...

Nous avons le sentiment que beaucoup de dossiers patinent un peu à la Métropole en ce moment. L’échec cuisant de la candidature “Rouen, capitale européenne de la Culture” dans laquelle, pourtant, le maire de Rouen, président de la Métropole s’était très fortement engagé personnellement, est venu clore une année bien compliquée pour la Métropole. On peut trouver dans l’ordre :

  • Le détournement probable d’une bonne partie des sommes allouées au covoiturage par des petits malins qui ont dupé l’application informatique par le simple achat d’un deuxième téléphone. Technique permettant de se faire rembourser des trajets effectués seul, voire en transport en commun.
  • La volonté de changer le mode de traitement des déchets verts en passant de 38 semaines de ramassage à 15. C’est unanimement que les maires s’y sont opposés, obligeant le président à désavouer sa vice-présidente en délégation.
  • Le recul au-delà 2025 de l’application de la ZFE pour les véhicules Crit’air3. Nous nous réjouissons de ce revirement qui vient reconnaitre le bienfondé de notre position sur l’aspect beaucoup trop brutal de cette mesure totalement antisociale.
  • L’impréparation flagrante de la Métropole sur la collecte des déchets alimentaires afin de se mettre au diapason des nouvelles directives en la matière.
  • L’inaction totale de la vice-présidente en charge de la démocratie participative (accessoirement tête de file de l’opposition à MSA), sur les sujets d’écologie, de développement durable et de transition énergétique.

Durant ce temps, la Ville a obtenu sa 3e abeille pour son action en faveur de l’apiculture dans le cadre du label Apicité. Elle a aussi été récompensée par une 2e étoile Territoire engagé transition écologique, pour ses réalisations en matière d’économies d’énergies et de transition énergétique. Enfin, nous venons de boucler et de présenter notre carte des Zones d’accélération des énergies renouvelables. On avance !

La majorité municipale

Mont-Saint-Aignan en vert et avec tous

Fermé un an pour travaux, le centre Eurocéane est enfin ouvert. Toujours géré par délégation par une société privée, même si celle-ci a changé, Eurocéane reste un équipement public dont la vocation est d’être au service de tous. Or que constatons-nous ? 

Les évolutions de tarifs vont bien au-delà des classiques actualisations de début d’année. La presse s’en fait écho (PN du 27 décembre) et les usagers s’en plaignent, trouvant les formules moins adaptées à leurs pratiques qu’auparavant et très pénalisantes financière-ment. Ainsi, l’entrée enfant hors MSA est passée de 1,25 € à 3,20 € (+ 160 % !) ; le forfait 10 heures, moins cher qu’un forfait 10 entrées, n’existe plus ; le Pass’Matin à 22,65 €/mois a disparu au profit d’un abonnement à 37 € pour la journée entière... De lourds surcoûts pour des prestations dont les usagers ne sont le plus souvent pas demandeurs : vont-ils accepter de payer au-delà de leurs besoins ou renoncer à fréquenter notre piscine municipale ? Toute politique discriminatoire envers les plus modestes est pourtant proscrite s’agissant d’un service public et la Municipalité aurait dû veiller à ce que son délégataire adopte une grille tarifaire favorisant l’accès pour tous à Eurocéane.

Le sport, la culture contribuent au bien-être, au vivre ensemble et la solidarité constitue le cœur des politiques publiques de proximité. La baisse des ressources allouées aux communes par le gouvernement – dont notre maire ne renie pas la politique, faisant volontiers alliance avec la Macronie – ne saurait justifier la réduction des budgets culture, sport, solidarité et petit enfance. Nous y veillerons à l’occasion des débats budgétaires.

Au titre de la solidarité, nous demandons qu’une subvention soit votée en faveur des enfants de Gaza. C’est le moins qu’on puisse attendre d’une Ville “amie des enfants”, qui avait à juste titre fait ce geste pour les enfants d’Ukraine quand la guerre a commencé.

S. Nicq-Croizat, C. Leclerq, P. Conil, P. Magoarou
Facebook : msa.envert.avectous

Agissons ensemble, Mont-Saint-Aignan

Non communiquée.

Stéphane Holé, Carole Bizieau 
agissonsensemblemsa@gmail.com

Social-écologiste et républicain Mont-Saint-Aignan écologique et solidaire

Chère lectrice, Cher lecteur, Lorsque vous lirez cette tribune, début février, peut-être connaîtrez-vous le sort la place Colbert car le 30 janvier 2024, une réunion publique sur l'avenir de la place Colbert s'est tenue... Car au moment où nous la rédigeons, en ce début de janvier, en effet, il nous faut obligatoirement rendre notre tribune avant le 10 du mois au service communication de la Mairie, nous en ignorons encore tout. Alors, pour rompre avec le style habituel, faisons un peu d'anticipation avec quelques retours dans le passé...

Le 30 janvier, sera-ce la fin du “feuilleton” de la place Colbert qui nous a tenus en haleine depuis trois ans, à la manière des grands feuilletonistes du XIXe siècle dont les épisodes s'arrachaient dès leur parution dans les journaux. Nous aussi, élus de l'opposition, avons tenté d'arracher des informations sur ce projet, notamment à chaque délibération intitulée “Projet urbain de la place Colbert” lors de l'acquisition par la Mairie d'un nouveau garage des rues Poussin ou Frontin.

Début 2022, lors d'une réunion publique, on nous apprend qu'un diagnostic réalisé par un cabinet est en cours depuis un an. Le projet serait finalisé en juin 2022 et la réalisation pourrait durer 15 ans pour un pôle de centralité qui irait de la place Colbert à l'espace des Coquets.

Courant 2023, on nous présente un grand projet de centralité sous forme trois scenarii qui tentent de concrétiser cette ambition, nous sommes restés perplexes tant certains paraissaient plus qu'improbables. 

Juillet 2023, se dessine un autre projet plus limité à la place Colbert sur laquelle serait construit un local administratif pour y loger le CCAS et aussi une halle commerçante ; la rénovation de la place pourrait alors se faire en deux ans.

Quelle sera l'annonce finale ? Quand retrouverons-nous enfin une place Colbert rénovée et apaisée ? La suite au prochain numéro de votre tribune préférée...

Alexandre Riou & Claudie Maugé

Localisation

Cabinet du maire

Hôtel de ville

02 35 14 30 08

Contacter par email